Le désastre écologique vire au cauchemar humanitaire à Madagascar

Photo d’une plage « souillée » du Sud de Madagascar publiée le mardi 01.09.2009 par © dakaronline.net >>

[FR] Après une semaine marquée par  l’offensive médiatique de l’opérateur du cargo Gulser Ana qui tentait de minimiser l’impact écologique de ce naufrage sur les côtes Sud de Madagascar. Peu à peu, le voile de brume se lève grâce à plusieurs témoignages concordant qui tendent à confirmer que le désastre écologique vire au cauchemar humanitaire alors que la décontamination des plages se fait au mépris du respect des règles élémentaires d’hygiène et de sécurité en vigueur.

Rappelons que par l’absence d’une pluviométrie régulière et suffisante, la région du Sud de Madagascar est aride et sa population sujette à une fragilité alimentaire saisonnière. La mer abondante est la seule ressource vivrière. Or, depuis le début septembre, la pêche y est interdite suite au naufrage du cargo battant pavillon turc Gulser Ana qui laisse échapper ses 39’000 t  de phosphate et son fuel. Le gouvernement a déjà annoncé la distribution de 20 millions milliards Ariary [~7’000 €] à titre de compensation mais il semble que la population locale n’ait d’autre ressources que d’accepter un travail dangeureux de décontamination des plages … pour un salaire de misère: 2€/jour.

« Selon M. Damy, le chef de la région Androy joint hier au téléphone, six communes sont touchées par cette pollution. « Et ça s’étend de plus en plus », prévient-il […] De même, les pêcheurs de la région, environ un millier de personnes, sont victimes de cette pollution puisqu’ils ne peuvent plus se rendre en mer depuis un arrêté ministériel leur interdisant toute sortie. Une somme de 7’200 euros leur a été versée par le gouvernement mais « c’est peu », estime le chef de la région Androy qui craint un drame humain. »

rapporte le Quotidien de la Réunion et de l’Océan Indien 10.09.2009

« 30 einheimische Frauen sammeln für zwei Euro am Tag ohne Schutzkleidung Millionen kleine Klumpen Rohöl am Strand in Plastiktüten ein. »

[« sans équipement de protection et contre un salaire de deux euros par jour, 30 femmes locales recueillent dans des sachets plastiques des millions de petites boules/morceaux de pétrole brut sur la plage. »] d’après Die Welt dans son édition du jour 14.09.2009.

« Une affection ronge la peau des habitants. « Des taches noires se forment sur nos pieds. Comme nous n’avons pas d’eau, nous les lavons avec du pétrole, mais cela s’ aggrave, car la peau se déchire », se plaint Rosa Marie, une mère de famille qui fait partie de ceux qui procèdent tous les jours au nettoyage. »

selon l’Express de Madagascar – dans son édition du 11.09.2009.

« viele Frauen haben bereits Allergien an Händen und Füßen »

[« de nombreuses femmes souffrent d’allergies sur les mains et les pieds »] selon le Die Welt.

« Plus de 6000 familles de Faux Cap sont victimes de diarrhée, vomissement et d’affections respiratoires suite au naufrage du bateau M/S Gulser Ana. »

une dépêche du Orange.mg – 14.09.2009 – 09h15.

« « Les déchets chimiques déversés par le bateau engendrent ces réactions. Pour faire le nettoyage, nous leur avons distribué du plastique, à se mettre sur les mains et les pieds. Nous avons beau demander des gants à l’État malgache, ils ne sont jamais arrivés », explique un expert français de la catastrophe marine arrivé à Faux Cap depuis le début de la semaine pour surveiller cette situation de près. Cet expert a été dépêché sur place par la compagnie d’assurance qui couvre le bateau turc […]
Une situation qui risque de s’aggraver dans les prochains jours, faute d’hygiène. «Aucun médecin n’est disponible sur les lieux. Aussi, l’eau manque à Faux Cap car les habitants doivent parcourir des kilomètres avant de trouver une source d’eau potable. »

conclut l’article de l’Express de Madagascar.

Nous ne reviendront pas sur les nombreux facteurs défavorable que nous avons déjà évoqués précédemment: éloignement de la capitale [3 jours de route] et difficulté d’accès. Signalons simplement que 3 des 5 ministres qui constituent la cellule interministérielle de crise ont été remplacé le mardi 08.09.09 [Intérieur, pêches et des ressources halieutiques, mines et des hydrocarbures]. Pour l’heure nous ne saurions nous prononcer si c’est un bienfait ou pas. Toujours est-il que compte tenu des reprise des affrontements ces derniers jours à la capitale Antananarivo, nous ne pouvons que craindre que le nouveau gouvernement et en particulier la nouvelle ministre de l’intérieur ait d’autres chats à fouetter en priorité😦 ce qui n’augure rien de bon pour le future de la paisible communauté de pécheurs du Sud.

© tomavana | Le désastre écologique vire au cauchemar humanitaire à Madagascar
lire la suite: Peut-on encore éviter une catastrophe humaine au Sud de Madagascar? >>

[Mail d’un ami de Tsiombé | Madachyhelp – 09.09.2009 >>]

[Pollution – Le Sud malgache panse ses plaies, avec les moyens du bord | le Quotidien de la Réunion et de l’Océan Indien via Coordination marée noire – 10.09.2009 >>]

[Faux-Cap, des maladies cutanées sévères | l’Express de Madagascar – 11.09.2009 >>]

[La «boîte noire» du vraquier récupérée | Les Nouvelles – 11.09.2009 >>]

[Madagaskars ökologische und politische Katastrophe | Die Welt – 14.09.2009 >>]

[09H15 – Echouage bateau à Faux-Cap | Orange.mg – 14.09.2009 >>]

[Deux baleines mortes aux alentours de Faux-Cap | Les Nouvelles – 16.09.2009 >>]

[Shipwreck an ecological disaster for southern Madagascar | panda.org – 28.19.2009 >>]

4 commentaires sur “Le désastre écologique vire au cauchemar humanitaire à Madagascar”

  1. Update 1: je reproduit ici un extrait du courriel d’un témoin qui habite à Tsiombe à 30 km de Betanty aka Faux Cap:

    « A Tsihombe, tous les petits enfants que vous avez joués avec, voudraient vous revoir mais hélas, la distance nous sépare […] A Faux Cap, il y a un bateau turque qui a coulé, transportant des milliers de phosphates de gas oil, qui ont sali la mer. Les poissons sont tués par ces produits, et interdit de les consommer pour l’instant […] »

    [Mail d’un ami de Tsiombé | Madachyhelp – 09.09.2009 >>]

  2. Update 2:
    – le remorqueur Maersk Asserter est sur place,
    – après sa récupération, la « boîte noire » du cargo échoué est en cours d’analyse,
    – les membres d’équipage du cargo ont commencé a quitter Madagascar,
    – une grande partie des plages souillées n’ont pas été décontaminées.

    [La «boîte noire» du vraquier récupérée | Les Nouvelles – 11.09.2009 >>]

  3. Update 3:
    – 3 baleine à bosse ont été retrouvées mortes à 45 à l’Est de Faux-Cap,
    – analyses des tissus prélevé sont en cours à Tana pour déterminer la cause de ces décès,
    – 2 autres compartiments du navire échoué GulserAna ont cédé engendrant de nouvelles fuites,
    – causes du naufrage toujours pas établi.

    [Deux baleines mortes aux alentours de Faux-Cap | Les Nouvelles – 16.09.2009 >>]

  4. Update 4: le WWF a sorti un rapport qu’elle a co-financé :

    – le rapport a été préparé par une équipe interdisciplinaire de huit scientifiques qui s’est rendue à Faux Cap, peu après l’accident du navire Gulser Ana,
    – le rapport détaille et fait états de grave impact sur la santé des populations locales et sur le riche milieu marin et côtier,
    – les conséquences sur le moyen et long terme devront faire l’objet d’une étude ultérieure.
    [Shipwreck an ecological disaster for southern Madagascar | panda.org – 28.19.2009 >>]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :